Comprendre les règles de stationnement pour les livraisons à paris : ce qu’il faut savoir

containers vans

Contrairement aux autres villes de la France, Paris fait l’unanimité en matière de densité de trafic. Ainsi, pour limiter les difficultés que peuvent engendrer les longs stationnements, la mairie a instauré plusieurs règles, surtout en ce qui concerne les places de livraison. Poursuivez la lecture de cet article pour connaitre les points et règles afin de vous éviter des amendes.

Reconnaitre une place de livraison

Bien qu’elles partagent la même couleur qui est le jaune, Paris dispose de deux différents types de places de livraison. Pour établir une distinction entre elles, il suffit de compter le nombre de bandes jaune marqué au sol. Celui à une bande jaune pleine ou discontinue est appelé ‘’zones partagées’’ tandis que le sol marqué de deux bandes continues est une ‘’zone sanctuarisées’’. Cependant, rappelons que bien avant la création de ces espaces de livraison (2013), la capitale de la France ne disposait que des zones sanctuarisées. C’est donc suite aux besoins pressant de satisfaire les usagers en matière de stationnement dans la ville que la deuxième place fut installée par la mairie. Ce qui fut d’ailleurs accueilli comme une belle victoire et un soulagement pour les occupants.

Lire également : Accident de voiture en garage : démarches et réparation efficaces

Conditions et règles de stationnement

Usuellement, le code de la route interdit le stationnement des automobilistes sur les parcs de livraison. Toutefois, l’article 4.417-10, du 19 décembre 2010 vient adoucir cette règle, autorisant ainsi les maires de chaque ville à modifier la règlementation en fonction des enjeux de leur région. Mais quoi qu’il en soit, il faut reconnaitre que les lois de bases restent inchangées.

A titre illustratif, les zones sanctuarisées ne reçoivent strictement que les voitures de livraisons malgré l’assouplissement des textes. Pour ce qui est de celles pointillées, elles autorisent le stationnement des véhicules de particuliers pour une durée d’une demi-heure. Cependant, l’engin doit être nécessairement en plein chargement ou déchargement après être parqué. Il doit également être apte à libérer l’espace dans un très bref délai en cas de besoin.

Lire également : Tableau des vitesses retenues pour excès de vitesse

Horaires des espaces de livraison

Grâce au nouveau statut sus cité, chaque ville est habileté à fixer les heures de stationnement des conducteurs. Pour identifier les heures attribuées à chaque espace de votre ville, rapprochez-vous de votre mairie ou visiter son site en ligne. Par ailleurs, dans la capitale, les automobilistes peuvent se parquer de 20h à 7h sur les zones partagées. Il en est de même pour les dimanches et les jours fériés.

L’accès aux zones sanctuarisées est toujours interdit aux particuliers, que ce soit dans la journée ou la nuit. La règle est valable même si l’engin est en mesure de libérer l’espace le plus rapidement possible. Quant aux livreurs, ils se doivent de respecter les textes et sont tenus de libérer la place dans un délai maximal de trente minutes. Tout ceci pour faciliter l’accès aux autres livreurs.

Amendes en cas de stationnement non autorisé

Le stationnement d’un particulier sur une place de livraison est perçu comme un enfreint à la loi. Ainsi, ce dernier sera contraint à une amende de 35€ et une mise en fourrière de l’engin. S’agissant de la deuxième sanction, s’il arrivait que vous ne soyez pas présent lors de l’embarquement du véhicule, vous devriez contacter le plus rapidement possible le poste de police le plus proche. Ensuite, vous paierez en plus de l’amende initiale, la somme de 150€ pour mise en fourrière et 29€ comme montant de garde journalière. L’automobiliste ne pourra entrer en possession de sa voiture qu’après avoir soldé toutes ces factures.

à voir