Algérie : l’autorisation d’importer des voitures d’occasion approuvée

car, vehicle, wheels

Pendant longtemps, l’importation de véhicules d’occasion en Algérie a été un sujet sensible. Aujourd’hui, il est possible d’importer des véhicules produits à l’extérieur en Algérie et de procéder à leur immatriculation. Cette décision longtemps étudiée a de nombreux avantages et plus précisément sur le plan économique. Cela soulève également quelques préoccupations environnementales. Voici plus de détails sur les implications de l’autorisation d’importer des voitures d’occasion en Algérie.

L’Algérie autorise l’importation de voitures d’occasion

Depuis le 22 février 2023, cette interdiction a été levée. Il est donc désormais possible aux Algériens d’importer des véhicules produits dans d’autres pays et ayant moins de 3 ans. Le décret a été publié dans le journal officiel et il touche principalement les voitures de tourisme ainsi que celles destinées aux particuliers. De plus, des licences sont désormais accordées aux concessionnaires qui veulent s’investir dans l’importation de voitures en Algérie.

A lire en complément : Comment vendre un véhicule de société à un particulier ?

Toutefois, cette décision est soumise à des conditions et modalités. D’abord, elle ne concerne que les types de véhicules que nous avons cités plus haut. Ensuite, vous devez suivre certaines règles avant de procéder à l’importation. Ainsi, la voiture que vous voulez importer doit être en bon état et ne doit avoir aucun défaut. Par ailleurs, elle doit respecter les règlementations en matière de sécurité et d’environnement.

Il y a d’autres conditions à respecter pour faire l’importation de véhicules d’occasion produits dans d’autres pays. Ainsi, vous devez obtenir une autorisation. Celle-ci s’obtient auprès de l’agence Nationale d’Immatriculation des Véhicules. Pour l’avoir, vous devez fournir des documents tels que le certificat de conformité, le certificat d’origine, etc. Le véhicule à importer doit aussi passer par la douane de l’Algérie. Cela permettra aux agents de cette administration d’évaluer son prix et d’effectuer d’autres vérifications.

A lire en complément : Comment choisir le bon expert automobile après un accident : nos conseils pour une décision éclairée

Les bénéfices économiques de cette décision

L’autorisation d’importation des véhicules d’occasion produits dans d’autres pays qu’en Algérie, offre plusieurs avantages économiques. En effet, l’état prévoit une réduction de 80 % des tarifs de la douane pour tout véhicule d’occasion ayant moins de 3 ans. Cet avantage économique concerne particulièrement les voitures électriques avec certificat et immatriculation. Par ailleurs, les véhicules d’occasion à essence produits dans d’autres pays, ayant moins de 3 ans, bénéficient d’une exonération de 50 % sur les frais de douane.

Pour en revenir aux voitures électriques et hybrides avec certificat et immatriculation, la loi autorise leur dédouanement par paiement partiel ou intégral. Cela signifie que si vous voulez importer un véhicule hybride ou électrique en Algérie, vous ne paierez que 20 % du montant des droits et des redevances. Cela vous laisse une bonne marge pour mener les démarches d’obtention de certificat et d’immatriculation.

Les préoccupations environnementales liées à l’importation de voitures

Selon certains rapports, les véhicules qui font objet d’une importation en Algérie sont sujets à des pollutions environnementales. D’après ce rapport, chaque véhicule importé est généralement vieux. Ils sont aussi très polluants, énergivores et donc dangereux pour l’environnement. C’est à travers ces affirmations que les Nations unies ont mis en garde tous les pays impliqués dans l’importation et l’exportation de voitures d’occasion.

En Algérie, la question avait été traitée avant même que le gouvernement ne prenne la décision d’autoriser l’importation de véhicules d’occasion. Ainsi, n’importe quelle voiture faisant objet d’une importation en Algérie ne doit représenter aucun danger pour l’environnement. Tout cela est contrôlé avant que les importateurs ne reçoivent leur autorisation.

à voir